La fermeture d'une classe au menu du conseil

Publié le par Mairie Nuzéjouls

La fermeture d'une classe a alimenté les débats.

La fermeture d'une classe a alimenté les débats.

Vendredi 12 février à 20h30 le premier conseil de l'année a eu lieu à la salle polyvalente de Nuzéjouls. Les conseillers ont validé à l'unanimité, suite à une évolution de carrière, la création d'un poste d'adjoint technique de 1ère classe à compter du 1er mars avec application au 1er juin. Suite au projet d'enfouissement des réseaux électriques, des demandes de subventions auprès de l'état (30 %), le Département (25 %) et la Région (25 %) ont été faites. Un autofinancement à hauteur de 20 % resterait à la charge de la commune soit 33.000 €. Une demande de commerce ambulant de vente de pizzas, une fois par semaine, a reçu un accueil très favorable de l'ensemble du conseil. Autorisation est donnée moyennant un forfait de 10 euros par mois. A compter du 1er mars, la C.Agglomération va engager des gros travaux de remise en état des canalisations d'eau potable sur la place du Théron. L'adressage est terminé, les données ont été transmises à la BAN par le Sdail. Des devis sont en cours pour l'achat des plaques et numéros. Un estimatif est fait à hauteur de 10.000 euros. Enfin, la fermeture annoncée d'une classe de maternelle pour la rentrée de septembre a fait débat. L'annonce officielle faite le 28 janvier a pris de cours les élus de notre commune et ceux du RPI. Malgré l'obtention d'une entrevue avec le DASEN, un courrier conjoint des 4 maires et une réunion à Nuzéjouls en présence du Secrétaire Général de la Préfecture et de Serge Rigal, où chacun a pu s'exprimer, la logique comptable, implacable, de l'Education Nationale s'est appliquée provoquant l'incompréhension et la colère des élus locaux et des parents d'élèves. Serge Rigal a relevé qu'"avec une telle logique les écoles rurales seraient forcément mises à mal" et "tout comme les zones d'éducation prioritaire" elles ne devraient pas subir cette vision comptable, mais être au contraire être "sanctuarisées". Les conseillers se sont insurgés contre cette carte scolaire qui fait abstraction totale des efforts entrepris par les élus locaux qui travaillent à un maillage pertinent du territoire. Malgré tous les arguments pour tenter d'infléchir cette décision, la fermeture du poste en maternelle a été confirmée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :